• À LA DÉCOUVERTE DU NOROESTE

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    SALTA

          Partis de Buenos-Aires, le 5 août, nous atterrissons à Salta après 2h 1/4 de vol. Au volant d'une VW de location, nous partons à la recherche de l'hôtel « del Antiguo Convento », situé près du couvent de San Bernardo, non loin d'un mont portant le même nom.

      

           Le centre ville

         À pied nous parcourons quelques rues, se coupant à angle droit, comme dans toutes les villes argentines pour arriver sur la place du 9 juillet, plantée de beaux arbres visibles au-dessus de la palissade qui l'entoure.

           Installés dans un café en plein air, nous découvrons une de ces rues piétonnes dans laquelle se presse une foule dense, en cette fin de journée. Nous y déambulons à notre tour, non sans avoir aperçu le clocher de la cathédrale et admiré la tour du Cabildo, centre administatif, qui se dressent de part et d'autre de la place.

        Nous y reviendrons visiter le Musée d'Archéologie de haute montagne (MAAM) et ses trois célèbres momies d'enfants datant du 15e siècle — une seule est présentée— bien conservées par le froid sec du haut sommet (6740 m) où elles furent trouvées, il y a une quinzaine d'années. Ils avaient été drogués et enterrés vivants avec leurs vêtements à la suite de rituels inca.

    À LA DÉCOUVERTE DU NOROESTE

            Nous y avons aussi parcouru les patios du Cabildo et jeté un coup d'œil sur les objets de la période coloniale. Et surtout, nous avons pu voir la place du haut de son long balcon couvert et la statue de Juan Antonio Âlvarez de Arenales, héros de la guerre d'indépendance et de la bataille de Salta

     

            La Bataille de Salta

        Des bandes de gauchos, auxquelles appartient Martin Miguel de Güemes, enfant de la ville, participent aux campagnes militaires contre les troupes royalistes espagnoles. Les troupes argentines du général Belgrano remportent la victoire à la bataille de Salta, le 20 février 1813. 

    Le 9 juillet 1816 : déclaration officielle de l'indépendance à Tucumán

     

           Les rues

          Dans toutes les villes de l'Argentine, les rues portent les noms de ces héros victorieux.

        À près de 1200m d'altitude, Salta surnommée « la linda », est effectivement une « belle » ville, où l'on peut voir des rues entières de bâtiments peu élevés datant plus ou moins de l'époque coloniale espagnole, des rues piétonnes ou non avec de nombreuses boutiques, des rues bordées d'arcades ... Celle qui mène à notre hôtel passe devant deux remarquables édifices, l'église de San Francisco — sa façade disparaît derrière une bâche aux couleurs d'un rouge flamboyant et son haut clocher, tout aussi rouge, se repère de loin — et le blanc couvent de San Bernardo orné d'une belle porte de bois scultpté. Ils ont été construits au moment de la fondation de la ville (16e siècle), puis ruinés et reconstruits.

    À LA DÉCOUVERTE DU NOROESTE

             Mont San Bernardo (1454 m)

         Nous y sommes montés avec le téléphérique. Des pelouses, des arbres et des cascades agrémentent son sommet. Il y a un restaurant et des échoppes de tapis tissés, de pulls, de bonnets ... Il fait très beau mais le temps n'est pas clair et de la brume voile les montagnes tout autour. Le panorama sur la ville est magnifique —tracé rectiligne des rues— et nous n'avons pas manqué d'identifier la rouge église de San Francisco et quelques autres édifices.

    À LA DÉCOUVERTE DU NOROESTE

          Au pied du mont, un grand parc, San Martin. On y remarque un portique à la mémoire des victimes de la dictature militaire (1976-1983), assorti d'un poème de Pablo Neruda. Chaque brique du revers porte un nom.

         En traversant le parc, un incroyable clocher bleu attire notre regard. Quelques fruits et friandises proposés sur des charrettes, et au bout d'une longue rue l'église de la Candelaria (Chandeleur).

    À LA DÉCOUVERTE DU NOROESTE

             La gare

            Le quartier de la gare s'est développé avec l'arrivée du chemin de fer au début du siècle dernier : appartements, commerces, bars, restaurants et boites de nuit ont été construits. Malgré la baisse du trafic ferroviaire le quartier est animé de jour comme de nuit. La rue Balcarce devient Paseo Balcarce et prend des allures champêtres. Les espaces sont aérés; des arbres sont couverts de fleurs roses; d'anciennes traverses de bois du chemin de fer sont incluses dans les trottoirs, tous les mètres.

           Nous voulions voir la gare de départ du train des nuages, même s'il ne circule plus. Il y a bien un bâtiment, un quai, des rails, de vieux wagons, un guichet pour les billets et quelques voyageurs assis.

    À LA DÉCOUVERTE DU NOROESTE

           Pendant que nous prenions des photos, un train composé de deux voitures est arrivé. Nous sommes partis déjeuner et nous avons rodé dans le coin, qui nous plaisait bien. Deux heures plus tard le train était toujours là. Finalement, nous l'avons vu partir avec de nombreux passagers et un chef de gare. Nous avons trouvé très mystérieux, que malgré l'absence d'horaire, les gens aient été prévenus que le train allait partir.

    À LA DÉCOUVERTE DU NOROESTE

     

     

     

     

     

     

     

    À LA DÉCOUVERTE DU NOROESTE

    LA ROUTE DU TRAIN DES NUAGES

          Retardés, nous quittons Salta trop tard pour aller jusqu'à San Antonio de los Cobres et le fameux viaduc de la Polvorilla. Qu'importe nous voulons faire une partie de cette route 51. Elle passe par Campo Quijano, où nous faisons des courses pour compléter notre pique-nique, et débute par une piste de 50 km environ. Au bout d'une trentaine de km, premier choc avec le premier viaduc. Il est très impressionnant.

    À LA DÉCOUVERTE DU NOROESTE  

          À partir de cet endroit, la piste, le rio Toro et la voie ferrée se côtoient ; l'ordre s'inversant quand la piste ou le chemin de fer franchit le rio sur un pont et change de côté. Nous savons que le train empruntait de nombreux tunnels et viaducs. Nous les guettons.

    À LA DÉCOUVERTE DU NOROESTE

           Une belle surprise nous attend au km 66 avec la gare de Chorillos désaffectée et conservée en l'état : pile de traverses, pompe à eau et deux wagons.

    À LA DÉCOUVERTE DU NOROESTE

        Nous traversons ensuite la Quebrada del Toro dans un décor magnifique de montagnes très colorées.

         Nous nous arrêtons pour le pique-nique à Santa Rosa de Tastil, célèbre pour sa petite église et les ruines d'un village pré-inca qui la dominent.

    À LA DÉCOUVERTE DU NOROESTE

            Nous roulons jusqu'au col d'Abra Blanca à plus de 4000 m, puis nous faisons demi-tour. Quand nous retrouvons la piste, nous cahotons derrière trois 4 x 4, qui soulèvent une telle poussière, que nous devons garder une certaine distance. Puis ils quittent la piste et descendent dans le lit du rio et nous aussi. Nous croisons quatre ou cinq fois le rio qui ziguezague et nous passons tous ses gués sans problème. Je craignais que nous ne puissions pas le franchir le dernier. Il aurait fallu revenir en arrière, perdant notre avance, car la nuit n'était plus très loin. Il fait déjà très sombre sur cette piste encaissée, où tout est gris, la piste, la végétation, les animaux ...

     

    À LA DÉCOUVERTE DU NOROESTE