• À LA DÉCOUVERTE DU NOROESTE (suite V)

     

    la quebrada de las conchas 

     

           Nous quittons Cafayate en direction de Salta par la RN 68. Au bout d'une vingtaine de km, la route qui longe le rio de Las Conchas à gauche, est suplombée de sierras rouges, à droite. Nous nous enfonçons, à pied, par un rio à sec dans cette gorge magnifique, décrétée réserve naturelle.

                               

     

     

             De grands lacs ont déposé des sédiments, teintés de rouge par l'oxyde de fer, formant ces sierras, parallèles à la Cordillère des Andes. On y a découvert des coquilles fossiles, qui ont donné leur nom à la Quebrada.

             En poursuivant notre chemin nous nous arrêtons sur deux sites successifs, la pyramide et le mirador des Trois Croix.

     

      

     

             Puis, c'est le site de l'amphithéâtre. On y voit bien les couches sédimentaires successives entassées les unes sur les autres, où ont ruisselé, il y a des millions d'années, des cascades d'eau douce créant ce cirque, à l'étonnante accoustique. Un groupe chante à pleine voix. Est-ce l'hymne argentin ? Cela nous dispense de nous y essayer ...

     

    À LA DÉCOUVERTE DU NOROESTE (suite V)

     

             Dernier arrêt dans la Quebrada au lieu dit la Gueule du Diable, de formation identique à celle de son voisin, mais son fond est ouvert sur d'autres espaces.

             Une ravissante indienne a installé un étal avec des colifichets, des aimants portants les signes des quatre éléments et des sifflets de terre cuite, les ocarina, instrument musical précolombien originaire de Cuzco (Pérou). Ce qui me rappelle que de récentes fouilles archéo-logiques de l'Université de Salta ont découvert un tronçon du Camino del Inca, à quelques mètres de la RN 68 à un endroit appelé Las Ventanas, que nous n'avons pas cherché.  

     

    À LA DÉCOUVERTE DU NOROESTE (suite V)

     

             Il nous reste encore de la route à faire d'ici Salta et de plus nous avons faim !

             Nous nous arrêtons à la « Posta de las cabras », le lieu des chèvres, entre les km 88 et 89. Bâtiment allongé, joli décor local et délicieux déjeuner : une assiette de diverses entrées, que nous partageons avec une bière, de bons empenadas (petits pâtés farcis de viande, jambon ou fromage) et une sorte d'apfelstrudel en dessert. Patrick choisit une tarte au chocolat avec une couche de dulce de leche (confiture de lait très sucrée) ...

             L'arrivée sur Salta est un peu longue et ennuyeuse, avec la traversée de ces villes, El Carril, La Merced et Cerillos, par lesquelles nous étions passées, il y a 5-6 jours en partant pour Cachi.  

     

                                        

    À LA DÉCOUVERTE DU NOROESTE (suite V)