• CHRONIQUE CHILIENNE VII

     

    — EN ROUTE POUR IQUIQUE —

     

    La carte

            

    CHRONIQUE CHILIENNE VII

               

    La route 5, qui traverse le pays du nord au sud, va nous con-

    duire d’Arica (région XV de Arica et Parinacota) à Iquique

    (région I de Tarapaca), sur un beau ruban d’asphalte de

    320 km. Nous découvrons combien le Chili est un désert.

    Peu de voiture, un soleil de plomb, des mirages ...

    Le moment est venu d’utiliser nos réserves de gazole.

    Un rio a creusé le plateau et des cultures prennent vie.

     

     

            

    CHRONIQUE CHILIENNE VII

    Huara

    Le long de la route 5, un peu en retrait, une allée bordée

    de restaurants. Huara fait penser à ces villages de western

    où les maisons et établissements divers n’ont qu’une façade

    de part et d’autre de la rue. Intrigué, Patrick est allé voir

    s’il y avait des habitations derrière l’allée de restaurants.

    Eh ! Oui ! Nous entrons chez Carmelita. Un décor fabu-

    leux, des vieilles affiches ou d’anciens articles de

    journaux, plein d’objets de la vie quotidienne du début

    du XXe siècle. Nous sommes affamés et l’assiette garnie

    de crudités variées et de poulet est la bienvenue.

     

            

    CHRONIQUE CHILIENNE VII

     

    Ce village est à l’embranchement d’une route secondaire 15,

    qui doit nous mener vers un pétroglyphe célèbre et

    gigantesque. Nous en avons vus de ces géoglyphes en chemin.

    En haut à droite de la photo, sur une colline isolée, un soleil,

    d’un côté, un oiseau sur un perchoir de l’autre. Quant au

    Géant de Tarapaca ou d’Acatama de 90 m de haut, il occupe

    le flanc d’un mont solitaire. Il représenterait une divinité

    venue du lac Titicaca jusqu ‘au Pacifique. Il se trouverait

    sur le Chemin de l’Inca. Il a été exécuté suivant les deux

    techniques de grattage de la surface du mont et de 

    l’adjonction de pierres. Le dessin, sur le panneau,

    le représente mieux qu’on ne le voie du pied de la colline.

    Sa tête doit s’incurver au sommet et sa coiffe n’est pas

    visible. Il tient un oiseau d’une main et un panier de l’autre.

    Ces accessoires ne sont pas figurés sur le dessin.

     

            

    CHRONIQUE CHILIENNE VII

     

    à suivre Iquique ville